Hymne aux bizoux

Tendresse éclose seconde main de moiteurs
Étanche en tranche de cœur overdose crème-boum
Fondre comme un esquimau à l’ambulance des glaces
Fruit de la passion crissements de smacks
Sur l’enjôlement des langues baleines
Fondeuses dans les rayons de l’océan-miel
Lorsqu’il s’auto-BAISE à la jetée de ses LÉCHOUILLES
Nous chantons dès lors d’un iris agnostique
Le chant des Bizoux par nos lèvres-sœurs aimantes :

Des bizoux partout sur le nez dans le cou
Des bizoux des bizoux des milliers de bizoux
Et encore des bizoux

____♥♥♥_____♥♥♥_____
__♥_____♥_♥_____♥___
__♥______♥______♥___
___♥____kiss____♥___
_____♥_______♥______
_______♥___♥________
_________♥__________

Et à travers les harmonies échancrées des bobaves modernes
S’entrebâillant en noueurs meetic
Comme les sauces hamburgers qui sortent en panade
Des dentelles de salades fraîches orgueilleuses
Comme les jours où le ciel est un matelas d’entre-amour
Nait le céramique cortège de soupirs
Tiédasses
des Bizoux qui s’engorgent :

Des bizoux partout sur le nez dans le cou
Des bizoux des bizoux des milliers de bizoux
Et encore des bizoux

Même les soirs de taule où l’espoir est perdu
Au s’entre-mélasse des punchlines d’ivrognes bourrés
Dans les vibros-lumières râles de babylèvres vexés
Règne la mélopée cristalline comme un gel douche santal et pin
Évacuant les blé-aisselles incendiées au battage des jours bâtards :

Des bizoux partout sur le nez dans le cou
Des bizoux des bizoux des milliers de bizoux
Et encore des bizoux