Berceuse && Non (par Ingrid S.Kim)

Berceuse

J’avais des trucs à dire tout à l’heure
Des jolis comme « tes berceuses acouphènes »
Et puis des moins jolis qui parlaient de pouffiasses
De mensonges
De ceux qui vous endorment oui
Et puis
De suicides manqués au secret des calanques
De ruptures inventées
De trucs sans élégance
Quoi
Mais j’avais des trucs à dire je crois
Sur la loyauté
Des uns
Des unes
Et d’autres j’avais
Des questions à poser
Il te l’avait dit toi ?
Tu le savais ça ?
Tu me l’aurais dit ?
Hein ?
Dis ?
Tu me
L’aurais dit ?
Ma parano avait quelques remarques
Aussi
Sur les retombées possibles
Des réponses
Des unes
Et des uns
J’avais des formules astucieuses pour leur dire à certains
D’aller bien se faire enculer
Dans le doute
C’est-à-dire s’ils se sentaient visés
Ils pouvaient n’est-ce pas
Y aller
C’était un peu mieux dit
C’était insinué suggéré réfléchi
C’était très ingénieux
L’art du sous-entendu se perd
Mais l’incompréhension ou sa feinte
N’étant pas nécessairement
Synonyme d’innocence
Et moi-même supportant mal les gants
Ces temps-ci
Hors les gants de ménage
Puis n’étant pas trop sûre
Non plus
Ni de la finesse
Ni de l’intérêt
De l’exercice
Ni de ma propre capacité actuelle
À garder comme on dit mon calme
Mon calme
Si chèrement
Arraché
À tirer toutes les conséquences
Des réponses
Déjà connues
Aux questions appelant toujours d’autres mensonges
D’autres comptines
Quand on sait les menteurs
Les menteuses
Et n’ayant vraiment que
Des berceuses
Acouphènes
Comme joli truc
À dire
J’ai préféré aller m’ouvrir une autre bière

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Non

C’est marrant les grands principes sur l’Amour
C’est marrant celui qui pense que l’amour doit tout pardonner c’est jamais
Celui qui n’a rien à se faire pardonner
C’est marrant celui qui dit qu’aimer c’est accepter l’autre comme il est c’est toujours
Celui qui a changé
C’est marrant celui qui t’a vu où il n’aurait pas voulu te voir il t’y a vu
Parce qu’il y était
C’est marrant
Celui qui ment qui supporte pas les menteurs
Le négligent qui supporte pas la tiédeur
C’est marrant l’égoïsme outré quand ça refuse de mettre le nez dans sa propre merde
Ça doit être confortable
D’être toujours sûr
De son bon droit
Ça doit être rassurant
Quand on te met quand même le nez dedans
Au bout d’un moment
D’encore réussir à dire tu diabolises tu te dédouanes de sentir encore la rose oui Monsieur du Bengale
Le nez dedans
C’est marrant
L’indignation le choc
Dément
Quand tu dis toi que ça sent quand même pas mal
La merde
Même avec un ruban
Le gouffre vertigineux entre les mots
Et le réel
C’est marrant
Les grands principes
C’est marrant

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

But qui est Ingrid S. Kim au talent aussi incontestable qu’incontesté ?

Déjà son FB nous en dit beaucoup :

https://www.facebook.com/IngridSuzieKim/

Et ce qu’elle écrit nous en dit encore plus :

https://ingridskim.wixsite.com/ingridskim?fbclid=IwAR0VvhGrVOmYG_3MxRNYfxDZBLelOpazFBY0ojc5-PuHsdR3pEXYc7qF6wc