Catégorie :

Les POèmes

I can fly

I believe te penses-tu
Tête d’âne-veau avec la nuit à la ville qui défile à la vitre
Comme une pelote d’immeubles

Une chiffonnade d’ombres

Tu penches ta tête dans les touffes du vent

Et tu signes des chèques en claquant des fans d’œil

J’achète tout ce que je croise à plus 90 km/h

Parce que c’est illégal

D’une paupière fleur-odorante

et pourquoi pas faire acte de scission

Sciemment

prendre des armées d’armes

des tas de tanks des légions de poufs chauves

et le grand tétrasaure de titane

frappeur d’anéantissement algorithmique

pour vivre un jour de grosse éclate

avec du sang sur les mains

un soleil majeur d’août

des poings en forme de citrons pompom-girls

et finir par s’égoutter comme un lardon au fond d’une poêle sourde

sous les ruches bourdonnantes des gras sarcastiques

perdre un peu de sucs mal assortis

les mauvaises humeurs

traîner une vieille trombine à suppositoire mélancolique

déstabilisante

ou je suppose

totalement le contraire

tu devrais avoir l’air happy et

des boulettes de bonheur plein les joues

au firmament

faire oui oui

sourire spaghetti.