Catégorie :

Dehors

Prisonnier du dedans

prisonnier du dedans (du plus intime du dedans) du dedans au dehors duquel (le dedans s’inscrit) les
chuchotements résonnent (on étouffe les cris) le psychopathe veille sur moi (on danse au dedans
avec des ballons) envoyé avec impact le télépathe (en contact direct avec les exoplanètes) veille sur
nous (on rigole bien au dedans) on s’inscrit sur les murs (selon la temporalité nécessitée) les
camisoles chimiques pleurent des larmes acides (je suis l’enfant des étoiles) prises au dedans (le
dehors n’existe pas) on transite d’un intérieur à l’autre (les parties génitales aux commissures des
lèvres) (le troisième œil grand ouvert) notre enfermement conditionne les traits marqués du dehors
(à travers des grilles de lecture) myriade d’yeux qui nous observent (il n’est pas seul dans sa tête)
(la surface de son crâne éclaté) laisse entrevoir la rupture du temps (il s’envole) ballons jetés au gré
du destin (du dedans au dehors) une histoire de temps (du dedans au dehors) avant le grand
éclatement des corps en poussières d’étoiles (dans le plus intime du hors de question) (d’y croire)
raison d’être d’une limite qui nous sépare (nous dedans) (eux dehors ou aux limites du dedans)
(dehors) œuvre à l’établissement du dehors au dedans duquel (au plus intime) nous sommes dehors
(dedans) (ensemble mêlés au dedans) pénétrés des fréquences du dehors ancré en nous (hors de
question qu’il sorte) il ne s’en sort pas (ni dedans ni dehors) il a dépassé les limites (les murs en
portent les inscriptions) du moment qu’il (il lui faut du temps) elle n’est plus en état (de sortir)
bientôt plus d’un an (foutues ondes magnétiques) la brèche est ouverte (les androids) les êtres
mutants en errance (je lui ai ouvert mon cœur) l’asile bat aux pulsations des cœurs entrouverts (les
murs n’existent pas) c’est un leitmotiv (mais putain regarde-les) (éprouve-les) tu as enfermé ta
raison et j’ai le corps couvert de cicatrices (stigmates du dedans) corps dissimulés (esprits grimés)
tu t’es grillé le cerveau